Une combinaison de stimuli physiques et cognitifs provoquent un foisonnement d’émotions. Elles peuvent vous donner l’impression de surgir au mauvais moment, mais il n’est pas impossible d’y répondre avec retenue et sans emportement.

ÉMOTIONS: Qu’est-ce qui vous stimule ?

Nous ne sommes pas égaux devant les éléments qui nous mettent en colère, nous stressent ou nous bouleversent, au même titre que nous sommes rarement heureux pour les mêmes raisons. Il est important d’apprendre à observer à quoi ressemblent vos émotions et comment elles se manifestent : certaines personnes choisissent de se réfugier dans les sucreries, d’autres laissent s’exprimer leur Hulk intérieur, d’autres encore se murent dans le silence. Essayez de comprendre ce qui déclenche vos émotions, déterminez leur intensité, sans porter de jugement.

La Méditation

Les exercices de méditation pleine conscience vous permettent de prendre un peu de recul. Bien entendu, il ne suffit pas de s’y mettre uniquement lorsque vous êtes sous la coupe d’une émotion. Une pratique quotidienne, de quelques minutes ferait largement l’affaire. Mettez votre minuterie en marche, marquez 5 ou 10 minutes et observez votre respiration. Rien que ça. Respirez normalement. Il va se produire quelque chose d’à la fois naturel et extraordinaire. Votre esprit va s’évader. Vous allez commencer à réfléchir au dossier qui vous attend sur votre bureau, au vaccin du petit benjamin, au diner que vous devrez préparer le soir, à votre dispute de la veille, à cette réplique bien cinglante et bien intelligente que vous auriez aimé envoyer à votre ex. Bref, vous avez compris le principe. Sachez que vous devez simplement vous rendre compte des élucubrations de votre cerveau et observez à nouveau votre respiration. Compter le nombre d’inspirations et d’expirations peut aider. Toutes les fois où votre décompte est interrompu par vos rêveries, reprenez à 0 et comptez à nouveau le nombre d’inspirations et d’expirations que vous faites. Certains jours sont plus compliqués que d’autres, mais avec de la pratique bienveillante et de la patience, vous obtiendrez un nombre de plus en plus grand de respirations consécutives. Cet exercice de respiration vous aide à prendre du recul par rapport à ce que les traditions orientales appellent votre esprit singe. Le mental est comparé à un singe qui sautille d’une branche à une autre, s’agrippant à chaque fois à un nouveau support et craignant de perdre pied en lâchant prise. Vous apprenez à observer votre courant de pensées. Attention, n’essayez pas de les arrêter, c’est impossible et ça ne sert à rien. Si vous voulez, ces idées qui vous traversent l’esprit sont comme une rivière. Soit vous vous asseyez à son bord et la regardez couler, soit vous suivez son cours et vous vous laissez emporter par elle. En apprenant à observer vos pensées, vous pourrez aussi apprendre à observer vos émotions. Vous comprenez que vous n’êtes pas vos émotions et qu’elles ne vous définissent pas. Au lieu de vous dire : je suis en colère, vous direz j’éprouve de la colère, cette situation provoque de la colère en moi. Votre émotion est, dorénavant extérieure à vous.

La tenue d’un journal

Vous pouvez également tenir un journal. Marquez les éléments qui déclenchent vos émotions, le contexte, les propos, les personnes présentes, votre état d’esprit préalable: Comment avez-vous réagi ? Auriez-vous fait les choses autrement, maintenant que vous avez un peu de recul ? Lorsque vous ressentez une très forte émotion que vous ne soupçonniez pas, le mieux serait de vous interroger à son sujet. D’où vient le problème ? Comment auriez-vous dû réagir ?

Répétez des affirmations positives pour réorienter vos ÉMOTIONS

Lorsqu’une émotion est en train de prendre le dessus, répétez une phrase ou une affirmation qui ait du sens pour vous, qui vous inspire et à laquelle vous aimeriez vous conformer. Vous faites ainsi de cette affirmation un mantra calmant. En le répétant, vous stimulez le type de réponse émotionnelle que vous souhaiteriez obtenir. Des mantras simples à répéter en cas de difficulté. Vous pouvez vous servir de cette liste publiées dans l’article consacré à ce sujet.

Choisissez l’une de ces affirmations. Parfois celle qui vous répugne le plus, est celle dont vous avez le plus besoin. Répétez-la, jusqu’à transformer votre état d’esprit. Aussi étonnant que cela puisse paraître, ça marche vraiment. Vous pouvez surmonter les affirmations négatives en les confrontant aux affirmations positives. Les personnes ayant un naturel optimiste gèrent mieux leur stress. Elles sont également moins sujettes à l’anxiété et à la dépression. Leur système immunitaire est également plus résistant. Transformez les ruminations négatives en mantras positifs. Sans même nous en rendre compte, nous ressassons souvent nos pensées négatives qui finissent par nous envelopper. Traquez-les. Ne vous laissez pas emprisonner par elles. Notez dans votre journal ces pensées qui vous obsèdent. Contrecarrez par la suite chaque réflexion négative par une affirmation positive.

De l’humour, de l’humour, de l’humour !

L’humour est un excellent allié pour prendre de la distance par rapport aux émotions qui bouillonnent en vous. Il peut vous aider à changer votre perception des choses. Imaginez par exemple que lors d’une présentation, vous fassiez une erreur embarrassante. Si vous laissez le sentiment de gêne vous envahir et vous submerger, vous aurez bien du mal à trouver une issue à votre situation. Si au contraire, vous riez de cet incident, vous minimisez son impact et vous sentirez moins son poids écrasant. L’humour empêche les émotions négatives de s’enraciner et de se transformer en obsessions.

Ayez de petits objectifs

Un individu soumis à un stress social ou émotionnel peut sentir son self-control lui faire défaut. Les personnes qui ont l’impression de mieux maitriser leurs vies sont plus heureuses, vivent mieux et plus longtemps. Pour y parvenir, le mieux serait de se fixez de petits objectifs non contraignants et raisonnables. Ils vous aideront à développer des sentiments d’accomplissement et alimenteront votre estime de soi. Contentez-vous de choses simples et pratiques comme le fait de prendre un petit-déjeuner équilibré pendant toute une semaine, de boire de l’eau à jeun, de faire un jumping-jack en sautant du lit, un seul, pendant un mois, après quoi vous passerez à deux jumping jack par jour, pendant un mois. Fractionnez les objectifs complexes en objectifs simples, plus faciles à atteindre. Le cumul de vos petits succès renforcera votre sentiment d’assurance.

Dites « merci la vie »

Pratiquez la gratitude. La gratitude permet de réduire le stress et de savourer les petites joies du quotidien. Lorsque vous avez une baisse de moral, souvenez-vous de chaque petit moment qui a fait votre bonheur. Si possible, partagez ces expériences avec d’autres personnes. Vous en garderez un meilleur souvenir. Exprimer sa gratitude permet d’ancrer dans la durée, le sentiment éprouvé. Les êtres humains sont biologiquement «programmés» pour se souvenir plutôt des mauvaises expériences. S’exprimer sur les bonnes expériences aide à les graver dans sa mémoire. Consignez dans votre journal des notes de remerciement à propos de chaque événement positif.

Ne vous jugez pas !

Dans les moments difficiles, en particulier lorsque les échecs surviennent, nous nous jugeons et nous nous condamnons sans forcément tirer les bonnes leçons, sans apprendre à devenir meilleurs. Les pensées négatives forment un cercle vicieux difficile à rompre. On alimente ses doutes, son anxiété, son insécurité et petit à petit, on perd pied devant ses émotions. Essayez d’imaginer un ami à votre place. Pensez aux mots que vous lui diriez. Sans être auto-complaisantes, il faut aussi savoir assumer ses responsabilités. Prendre conscience de ses erreurs permet d’éviter de les reproduire ultérieurement. Inutile de s’auto-flageller. Ce n’est pas la fin du monde et essayez de faire mieux la prochaine fois.

Fuyez le perfectionnisme sous toutes ses formes

Très souvent, on confond l’exigence, l’envie de bien faire et le perfectionnisme. Celui-ci constitue en réalité une déformation cognitive, poussant la personne qui en souffre à vouloir atteindre des normes inaccessibles et à rejeter tout ce qui est considéré comme en dessous. Le perfectionniste ne peut se contenter d’autre chose que la perfection… qui malheureusement n’existe pas. Il tend ainsi vers une fragilité émotionnelle nourrie par l’impossibilité d’atteindre ses objectifs. Rejeter le perfectionnisme permet de se défaire d’attentes et de performances irréalistes et irréalisables. Le perfectionnisme fige les personnes et les pousse à de plus en plus de frustrations. De là à perdre le contrôle de ses émotions, le pas n’est pas difficile à franchir.

Recadrez vos ÉMOTIONS

Parler de son ressenti à une autre personne, à son reflet dans le miroir ou même à son animal de compagnie, mettre des mots sur les émotions qui vous bouleversent, permet de se défaire de leurs charges négatives. Les mots permettent de structurer les pensées et aident le cerveau à y voir plus clair. L’impression d’être connecté aux autres, aide à se sentir aimé et soutenu. Cela aide à demeurer positif. S’exprimer sur ses expériences permet de contextualiser ses émotions. Cela permet aussi de nuancer et de réaliser que ce qui nous a bouleversé n’est pas forcément conforme à la gravité de la situation. Nous amplifions peut-être les choses. S’en rendre compte permet de se simplifier la vie.

Consultez un spécialiste, un conseiller, un psychologue Contrairement aux idées reçues, il n’est pas nécessaire de souffrir d’un problème pour consulter un professionnel. Il est possible de s’adresser à eux pour apprendre à gérer ses émotions autrement :

  • La TCC, thérapie comportementale cognitive, s’intéresse par exemple aux liens existants entre la manière de penser et les émotions. Elle permet d’identifier de meilleurs moyens de gérer ses émotions.
  • Lorsqu’on éprouve de la tristesse, de la colère ou de l’angoisse, les normes sociales nous poussent à ne rien laisser transparaitre. Il est même préconisé de les ravaler. Et si on veut éviter de passer pour un faiblard, il faudrait les éliminer tout seul. Or, il n’y a rien de plus dangereux que de refouler une émotion ou nier son existence. Si vous voyez que vos émotions interfèrent trop régulièrement dans votre vie, cela signifie qu’il est temps de se poser un moment, de se poser les bonnes questions et de se ressaisir.

#ÉMOTIONS #Équilibre #Gestion #BienVivre


Source: La Sultane

Privacy Preference Center